lundi 16 juillet 2018

Le fun de la fin des fan de foot


Comme tant de gens, j’ai regardé la finale de football à la télé. Et j’étais contente des résultats. 
Avec Dan et nos amis, qui étaient venus chez nous pour l’occasion, nous avons même débouché une bouteille de champagne. C’était bien. 

Tous ces gens qui passaient dans la rue devant chez nous, qui criaient ensemble, qui chantaient ensemble, qui fêtaient ensemble… c’était beau à voir.
Et puis, vers le tard, la rue ne suffisait plus à faire passer toutes les voitures, les motos, les quads, etc. j’en ai même vus en vélo ! Il y a eu un embouteillage. Et tout a dégénéré. 

Dégénéré comme ceux qui ont commencé. 
Ils sont sortis des voitures et sont montés sur les capots des personnes seules et, notamment sur une FIAT Panda conduite par une jeune fille. La pauvre ! La voiture semblait neuve… avant d’être piétinée. 
Et puis, j’ai vu à la télé des débordements ailleurs, des magasins saccagés, des vitrines brisées, et des morts ! Des morts !!! 

Est-ce que « la fête » valait un seul mort ? Et il y en a eu plusieurs ! 

Habituellement, je ne suis pas une fan de football et, apparemment, j’ai bien raison. Je suis furieuse de voir ce genre de fête se transformer en champ de jeu pour bouseux. Cela ne valait pas un seul mort. 

Je suis désolée. Mon blog se veut drôle et là, je ne peux pas y mettre une once d’humour. Je suis consternée de voir qu’il y a des gens (si on peut encore les appeler ainsi) qui n’ont que du mépris pour eux-mêmes et pour leurs parents.  Je suis triste. Ce n’est pas cela la fête. Cela ne valait pas un seul mort.  

Pour continuer à avoir une bonne santé, consommez l'humour D&D :
et, comme convenu avec mes amis, voici leurs blogs : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, Ateliers d'écritureS, et VittorioDenim
N’hésitez pas à les lire, à les partager et à y abonner.

mardi 10 juillet 2018

Mener bon train de vices


La blague qui m’a toujours fait rire est celle de cet individu qui avait été accusé d’escroquerie et que son avocat, par une belle plaidoirie, avait réussi à disculper. 
Je sais, jusque-là, cela ne fait pas rire. S’il est disculpé, il est donc innocent ! 
Mais, voilà que ce monsieur paie son avocat avec un chèque en bois. Et là, je trouve cette blague géniale. D’autant que l’histoire est réellement arrivée. C’est un comble ! C'est du vice !

D’un côté, elle (la blague) montre que les chefs d’accusations contre le client étaient fondés et que son avocat est un « excellent » avocat puisqu’il a réussi à l’innocenter. D’un autre côté, elle montre que même en habillant le loup d’une peau d’agneau, il restera toujours un loup, un prédateur. 

Et, j’en parlais avec Dan l’autre jour. 
D’abord, nous avons ri de la situation qui nous semblait comique. Toutefois, en discutant, nous avons trouvé d’autres chutes, d’autres suites dans le genre : « La personne était vraiment honnête mais le chèque est revenu impayé car il a été présenté le 31 du mois, un jour trop tôt ; le monsieur ne reçoit sa paie que le 1er du mois suivant. » ou alors « Il l’a fait exprès car il n’était pas content de son avocat… qui a profité de l’occasion pour 'emballer' son épouse. »  

En fait, quand j’ai lu cette histoire je ne l’ai pas vraiment crue. C’est un peu tiré par les cheveux et je suis abasourdie qu'on puisse remercier quelqu'un de cette façon. Juste que l’article donnait le nom et prénom du monsieur (donc, c’est du vrai !)... mais, sans donner la raison de son geste. 

Pour continuer à avoir une bonne santé, consommez l'humour D&D :
et, comme convenu avec mes amis, voici leurs blogs : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, Ateliers d'écritureS, et VittorioDenim
N’hésitez pas à les lire, à les partager et à y abonner.

lundi 2 juillet 2018

Et lent du coeur, la faute à qui ?


Samedi, je suis allée faire les courses. Comme d’habitude, j’ai garé ma voiture, j’ai pris un caddie et je suis rentrée dans l’espace. 
A peine franchie la porte, j’ai été sollicitée par une association pour une collecte. La dame m’a donné un sachet pour que je le remplisse et une liste pour que je n’achète que ce dont « ils » ont besoin. 

Je pense que c’est une bonne initiative. Dan et moi, nous ne sommes pas riches mais, quand nous pouvons faire quelque chose pour les défavorisés, nous sommes toujours partants. 

Cependant, tous les jours, à la télé, le soir, plusieurs pubs ont demandé de donner pour les pauvres, les malades, la recherche, etc. Et là, j’ai eu un déclic : « Avant, c’était l’état qui finançait tout cela. » C’est-à-dire "nous" et l’argent de nos impôts. 
Que s’est-il passé ? Il n’a plus d’argent ? Pourtant, les impôts ont augmenté, des prélèvements nouveaux ont fait leur apparition sur nos fiches de paie. Où va cet argent ? 

A force de recevoir des demandes de dons et des appels à l’aide de toutes parts, il y a un "trop donner" qui s'est manifesté ! Que cherchent-ils, à tuer la poule aux œufs d’or ? On voit bien que c’est une hausse des impôts (volontaire puisque don) déguisée ! J’ai l’impression d’être la poule pondeuse ou la vache à lait de tout le monde ! 

Dernièrement, je me suis étonnée moi-même. Je suis passée à côté d’un monsieur à qui je donne tous les samedis ; je lui ai juste donne le bonjour ! Comme quoi, trop de sollicitation tue la générosité. Cela m’a fait bizarre… j’en suis désolée encore aujourd’hui. 

Pour continuer à avoir une bonne santé, consommez l'humour D&D :
et, comme convenu avec mes amis, voici leurs blogs : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, Tandem Littéraire, gravillons, et VittorioDenim
N’hésitez pas à les lire, à les partager et à y abonner.

mardi 15 mai 2018

Manger japonais : y'a bon.


Quelle expérience ! Dan m’a emmenée dans un restaurant japonais. 
J’étais un peu réticente au début ; les baguettes, ce n’est pas mon truc. 

Dès qu’on a eu la carte en mains, nous avons éclaté de rire : les noms des plats ne voulaient rien dire et le mot plat est un concept typiquement français puisqu’ils apportaient des « portions » ! Heureusement, il y avait la traduction et le détail des ingrédients. 

En fin de compte, nous nous en sommes bien sortis. 

J’ai bien aimé le cérémonial. Et l’abstraction de la notion du temps m’a séduite aussi. J’ai aimé car le patron lui-même est venu nous expliquer tout ce que le serveur nous apportait et, cela, c’était génial.

Je me suis bien habituée aux baguettes : je les maniais mieux  et plus prestement que Dan. J’ai goûté au riz « Venere » noir qui était cuit « al dente » avec une sauce à base de veau, lui aussi bien cuit, fondant. J’en ai repris.

Pour finir, je trouve que ce n’était pas « gonflant » malgré plusieurs sortes de portions ingurgitées.
Et c’est là que je dois placer mon jeu de mot : « Le japonais, c’est nippon ni mauvais et samouraï étonnée du contraire. » C’est tout !

Pour continuer à avoir une bonne santé, consommez l'humour D&D :
et, comme convenu avec mes amis, voici leurs blogs : avidoxe, Dan&Dina, dinadedan, EcrirePastel, Elsass-by-Nath, Tandem Littéraire, gravillons, et VittorioDenim
N’hésitez pas à les lire, à les partager et à y abonner.